www.partisansmarine.com | Le Forum des Partisans de Marine Le Pen

Bonjour.

Les Partisans de Marine Le Pen sont heureux de vous accueillir parmi eux sur leur forum.

Fraternité, respect, cordialité, défense des idées de Marine Le Pen, de son programme et soutien inconditionnel sont nos maîtres-mots.


Soyez le(la) bienvenu(e) parmi nous et vive Marine !

Jupiter.



www.partisansmarine.com | Le Forum des Partisans de Marine Le Pen

Marine Le Pen est en train d'écrire l'Histoire. Et nous, Peuple de France, nous l'écrivons avec Elle.

Suivez le XVIème Congrès du Front National à Lille : flechegauche ICI flechedroite

Les loups sont dans la bergerie !

Partagez
avatar
ano

Age : 50
Date de naissance : 05/08/1968
Lion Date d'inscription : 22/05/2015
Passion : poli(tique, tesse, ...)

Les loups sont dans la bergerie !

Message par ano le Dim 19 Aoû 2018 - 9:37


Une ex-esclave sexuelle de Daech dit avoir croisé son bourreau en Allemagne

figaro, le 17 août 2018
(Source)


Traumatisée, cette jeune yazidie irakienne est retournée en Irak, pays qu'elle avait pourtant fui après s'être échappée de la maison du djihadiste qui l'avait réduite à l'état d'esclave sexuelle.

En août 2014, Ashwaq Haji, une jeune yazidie, a été achetée pour cent dollars par un djihadiste irakien de l'État islamique alors qu'elle faisait une visite au sanctuaire de Lalich, près de Mossoul, en Irak. Pendant plusieurs mois, cet homme fait de cette Irakienne son esclave sexuel. Finalement, quelques mois plus tard, le 22 octobre, elle parvient à s'enfuir de la maison de son bourreau, du nom d'Abou Houmam. Quatre ans après les faits, la réfugiée affirme avoir rencontré en février son bourreau dans un supermarché allemand.

Comme Ashwaq Haji, des milliers de femmes de la minorité yazidie d'Irak ont été enlevées, tuées ou utilisées comme esclaves sexuelles par le groupe État islamique (EI) quand il s'est emparé d'un tiers du pays à l'été 2014, notamment du foyer historique des Yazidis sur les monts Sinjar, au nord-ouest.

» Il m'a dit : «  Ne me mens pas, je sais très bien que tu es Ashwaq et que tu vis en Allemagne avec ta mère et ton frère  », il m'a même donné mon adresse et d'autres détails de notre vie «  en Allemagne
Ashwaq Haji

La mère et le petit frère d'Ashwaq ont eux aussi été captifs un temps. Mais en 2015, tous les trois se sont installés à Schwäbisch Gmünd, une bourgade à 50 km de Stuttgart, dans le cadre d'un programme du gouvernement allemand pour les réfugiés irakiens. Le père, Haji Hamid, 53 ans, est resté en Irak. À Schwäbisch Gmünd, Ashwaq raconte qu'elle suivait des cours d'allemand et voulait trouver un travail.

Mais le 21 février 2018, elle dit avoir aperçu dans un supermarché un homme descendre d'une voiture et l'appeler par son nom avant de s'adresser à elle en allemand. « Il m'a dit qu'il était Abou Houmam, je lui ai dit que je ne le connaissais pas et il s'est mis à me parler en arabe », affirme la jeune fille à l'AFP. « Il m'a dit : « Ne me mens pas, je sais très bien que tu es Ashwaq et que tu vis en Allemagne avec ta mère et ton frère », il m'a même donné mon adresse et d'autres détails de notre vie » en Allemagne. Aussitôt, la jeune fille a contacté la police locale. « Ils m'ont dit que c'était un réfugié comme moi en Allemagne et m'ont donné un numéro à appeler si jamais il s'en prenait à moi », poursuit-elle.

Enquêtes ouvertes

La police judiciaire du Bade-Württemberg a indiqué récemment sur Twitter avoir « ouvert une enquête le 13 mars 2018 », ajoutant toutefois que l'enquête ne pouvait « se poursuivre pour le moment, la témoin (Ashwaq) n'étant pas joignable pour répondre aux questions ». Le parquet fédéral s'est « penché sur la question », confirme à l'AFP un porte-parole. « Mais jusqu'ici, au regard des éléments de preuves disponibles, nous n'avons pas pu identifier avec la certitude nécessaire l'auteur présumé. »

Le parquet allemand a ouvert de nombreuses enquêtes pour terrorisme, crime contre l'humanité ou crime de guerre contre des réfugiés ou des demandeurs d'asile soupçonnés d'être impliqués dans des exactions commises par des groupes djihadistes en Irak, en Syrie ou en Afghanistan. Les témoignages d'autres réfugiés sont régulièrement utilisés tout comme les publications sur les réseaux sociaux par les inculpés eux-mêmes.

Ashwaq Haji affirme avoir visionné avec la police allemande les images de vidéosurveillance du supermarché où a eu lieu la rencontre, et dit être prête à communiquer ses coordonnées, mais qu'elle ne se rendra plus en Allemagne. De crainte de recroiser son bourreau, elle a quitté l'Allemagne fin mars avec sa mère et son frère pour le nord de l'Irak, où elle dit toujours vivre dans la peur car Abou Houmam a, selon elle, de la famille à Bagdad.

**

Macron : la crasse de la médiocrité crasse !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Si les gens savaient par quels petits hommes ils sont gouvernés, ils se révolteraient vite !
(Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord)
avatar
gemini
Modérateurs
Modérateurs

Age : 71
Date de naissance : 07/06/1947
Localisation : Gers
Gémeaux Date d'inscription : 07/12/2011
Passion : La France, Le drapeau, Dieu et ensuite : bricolage, jeux video,informatique, politique, jardin. aviation, tir.
Humeur : En général assez bonne. Elle suit le cours de la vie.

Re: Les loups sont dans la bergerie !

Message par gemini le Dim 19 Aoû 2018 - 9:48



Suisse. Des Français maghrébins tabassent cinq femmes puis s’enfuient en France


C’était le mercredi 8 août, à l’aube dans la ville de Genève en Suisse, sur le parking de la boite de nuit Le Petit Palace. La nuit de fête a viré au cauchemar. Sans raison apparente, plusieurs jeunes maghrébins ont agressé très violemment cinq femmes, laissant deux d’entre elles dans un état critique. Un déchaînement de violences hallucinant qui avait fait la Une de la presse suisse. Les extra-européens avaient fuit les lieux au volant d’une voiture immatriculée en France. Il y a quelques jours, ils auraient été identifiés par les services de police. Tous seraient Français et trois d’entre eux seraient des habitants de la région frontalière de Thonon-les-Bains.

Un déferlement de violence en Suisse

A l’intérieur de la boite de nuit, selon plusieurs témoins, le groupe d’extra-européens a passé la majeure partie de la soirée à draguer lourdement les filles présentes. Une « drague lourde mais habituelle en soirée » selon Kenza, jeune femme ayant parlé à l’un des agresseurs présumés et interrogée par Le Matin, média suisse. Selon son témoignage, l’homme avec qui elle a discuté avait entre 20 et 22 ans et était « maghrébin, métis ». Fait inhabituel, l’agresseur présumé avec qui elle dialoguait utilisait des béquilles. Des béquilles qui auront finalement servies à frapper violemment les jeunes femmes au sol plus tard dans la nuit.

Outre les béquilles, des coups en tout genre et en toute violence. Cinq femmes ont été attaquées par les extra-européens, sans aucun motif apparent sur le parking de l’établissement de nuit suisse, au moment de la fermeture. Deux d’entre elles ont été très grièvement blessées. La plus sévèrement touchée est restée plus d’une semaine dans le coma. Elle avait été retrouvée dans une flaque de sang.

C’est l’intervention de trois hommes, de nationalité kosovarde selon le directeur du Petit Palace, qui a permis d’éviter le massacre. Les jeunes extra-européens se sont ensuite enfuis vers la France.

Une enquête entre la Suisse et la France

Le fait que les agresseurs aient la nationalité française complique l’investigation et, surtout, empêche théoriquement leur extradition vers la Suisse pour être jugé par la juridiction helvétique. Mais la violence de l’agression a mobilisé les forces de police françaises qui ont étroitement collaboré avec leurs homologues suisses pour identifier le plus rapidement possible les agresseurs présumés. Sur les six personnes recherchés par la police, trois d’entre elles auraient été identifiées dans la région de Thonon-les-Bains. Les Maghrébins seraient bien connus des services de police.

Si aucune personne n’a encore été interpellée dans cette sombre affaire, nul doute que la police française procédera dans les jours qui viennent à des arrestations. En espérant que ces suspects maghrébins ne décident pas de quitter l’Europe pour se mettre à l’abri des juridictions suisses et françaises. Une pratique malheureusement récurrente chez certains extra-européens.

SOURCE BREIZH.INFO



On a les même en France. Et ce ne sont pas des réfugiés politiques.


***************************************************************************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
ano

Age : 50
Date de naissance : 05/08/1968
Lion Date d'inscription : 22/05/2015
Passion : poli(tique, tesse, ...)

Re: Les loups sont dans la bergerie !

Message par ano le Jeu 23 Aoû 2018 - 17:43

Un terroriste suspecté de projeter un attentat arrêté à Berlin

figaro, le 22 août 2018
(Source)


Cet islamiste de nationalité russe et d'origine tchétchène est soupçonné d'avoir voulu préparer en 2016 une attaque à l'explosif avec un complice français, Clément Baur, arrêté en avril 2017 à Marseille.

Correspondant à Berlin

Un terroriste présumé de 31 ans a été interpellé mercredi matin à Berlin dans le quartier de Pankow. L'islamiste de nationalité russe et d'origine tchétchène est soupçonné d'avoir voulu préparer un attentat avec un complice français, Clément Baur, arrêté en avril 2017 à Marseille. Magomed-Ali C. sera déféré jeudi devant un juge. « Cette arrestation est un signal adressé à tous ceux qui veulent nous attaquer, a déclaré mercredi Andreas Geisel, le ministre de l'Intérieur du Land de Berlin. Nous vous avons à l'œil »

L'affaire est ancienne en réalité. En 2016, Clément Baur et Magomed-Ali C. auraient projeté une attaque en Allemagne et accumulé dans ce but « une quantité importante de TATP », un explosif, selon le parquet qui a édité le mandat d'arrêt diffusé mercredi. Le projet d'attaque a été déjoué en octobre 2016 grâce à une action « préventive » de la police allemande, dont la nature n'a pas été précisée. Les deux hommes n'avaient cependant pas été arrêtés. Par la suite, les deux complices ont « craint une perquisition et la découverte des explosifs qui y étaient entreposés », explique le parquet. Leurs plans contrecarrés, ils ont décidé de se séparer.

De retour en France, Clement Baur et un autre Français, Mahiedine M. ont été arrêtés pour d'autres projets terroristes. En possession d‘armes et d'explosifs, le jeune homme de 23 ans et son complice de 29 ans projetaient, selon la justice française, une « action violente » contre des partis politiques en pleine campagne présidentielle. L'enquête a ensuite permis de renforcer les soupçons contre Magomed-Ali C.. Les explosifs en possession de Clément Baur ne semblent pas être ceux qui ont été apparemment entreposés en 2016 chez Magomed-Ali C. Les enquêteurs allemands veulent savoir où ceux-ci se trouvent.

Un millier de salafistes recensés à Berlin

L'affaire pourrait aussi mettre en lumière le rôle de Clément Baur dans les réseaux terroristes européens. Selon les médias allemands, l'islamiste était en contact avec Anis Amri, l'auteur de l'attentat de Berlin en décembre 2016. Comme Anis Amri, Magomed-Alic C. fréquentait la mosquée Fussilet à Berlin, aujourd'hui fermée, l'un des points de rencontre des islamistes radicaux.

En Allemagne, la menace terroriste demeure élevée. En juin, un attentat à l'arme biologique a été déjoué. Une menace qualifiée de « sans précédent » par les enquêteurs allemands. Le nombre de personnes jugées dangereuses demeure lui aussi important. Selon un rapport des services de renseignement révélé mercredi par le quotidien Tagesspiegel, le nombre de salafistes recensés a progressé à Berlin pour atteindre un millier de personnes, dont la moitié susceptible de violence.

**

Les nantis sont d'irresponsables crétins !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Les pseudo-élites marchent sur la tête !

Contenu sponsorisé

Re: Les loups sont dans la bergerie !

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Mar 11 Déc 2018 - 22:18