www.partisansmarine.com | Le Forum des Partisans de Marine Le Pen

Bonjour.

Les Partisans de Marine Le Pen sont heureux de vous accueillir parmi eux sur leur forum.

Fraternité, respect, cordialité, défense des idées de Marine Le Pen, de son programme et soutien inconditionnel sont nos maîtres-mots.


Soyez le(la) bienvenu(e) parmi nous et vive Marine !

Jupiter.



www.partisansmarine.com | Le Forum des Partisans de Marine Le Pen

Marine Le Pen est en train d'écrire l'Histoire. Et nous, Peuple de France, nous l'écrivons avec Elle.

Suivez le XVIème Congrès du Front National à Lille : flechegauche ICI flechedroite

Moscou : nouveau bouc émissaire international ?

Partagez
avatar
ano

Age : 50
Date de naissance : 05/08/1968
Lion Date d'inscription : 22/05/2015
Passion : poli(tique, tesse, ...)

Moscou : nouveau bouc émissaire international ?

Message par ano le Ven 10 Aoû 2018 - 7:59

Skripal : 5 mois plus tard, l'absence de preuves
contre Moscou n'arrête toujours pas les accusations

rt, le 9 août 2018
(Source)


Avant même les conclusions de l'enquête et en l'absence de preuves, la pluie d’accusation et de sanctions contre la Russie ont fait de l'affaire Skripal un feuilleton dont la récente déclaration américaine constitue un nouveau rebondissement...

Cinq mois après l'empoisonnement de l'ancien agent russe Sergueï Skripal et de sa fille à Salisbury, les Etats-Unis ont décidé de relancer un feuilleton qui s'était pourtant essoufflé au fil du temps et en l'absence de preuves. L'annonce de sanctions à l'encontre de Moscou de la part de Washington vient réaffirmer la certitude affichée par la diplomatie occidentale de la culpabilité russe dans cette affaire où l'emballement et les accusations précipitées n'ont pourtant débouché sur la révélation d'aucun élément concret.

Le 4 mars, l'ancien espion russe âgé d'une soixantaine d'années était retrouvé inanimé, allongé sur un banc dans un centre commercial de la ville de Salisbury, une ville située à une centaine de kilomètres de Londres. À ses côtés, sa fille Ioulia, âgée d'une trentaine d'années, gisait également inconsciente. Immédiatement après leur hospitalisation et avant toute conclusion d'enquête, le Royaume-Uni annonçait que le poison utilisé était du Novitchok, dont l'origine russe ne faisait aucun doute selon Londres, et promettait des preuves.

Une phase de condamnations diplomatiques s'en est suivie, malgré quelques réticences plus ou moins affichées de la part de certains Etats européens. Portée par une solidarité européenne précieuse dans le contexte délicat des négociations du Brexit qui isolait son pays, Theresa May avait donné le ton en employant une formule qui devait faire florès dans toutes les chancelleries occidentales par la suite : «hautement probable». Cette seule phrase devait tenir lieu de preuves et suffire à incriminer Moscou de manière indéniable.

Si le Kremlin, quant à lui, niait toute responsabilité dans l'empoisonnement des Skripal, proposant en parallèle sa coopération dans l'enquête (proposition constamment refusée par Londres), les Etats membres de l'UE n'ont pas hésité à prendre des mesures à l'encontre de Moscou. Cette phase de crise diplomatique, l'une des plus violentes depuis la guerre froide, avait été marquée par des expulsions de diplomates du côté européen, suivies par des mesures de rétorsion côté russe. À ce stade, pourtant, toujours aucune preuve n'était fournie par le Royaume-Uni pour étayer ses accusations, devenues prétexte à des surenchères de tous côtés.

Des démentis et un nouveau rebondissement

Devenue une véritable saga médiatico-diplomatique, l'affaire Skripal n'a toutefois pas tardé à dévoiler ses zones d'ombre, qui venaient très fortement mettre en doute les évidences agitées par l'UE et par Londres, à commencer par celle de l'origine russe du Novitchok. Ainsi, le président de la République tchèque Milos Zeman avait déclaré que son pays avait développé un agent innervant de type Novitchok en petite quantité, alors qu'une enquête journalistique publiée outre-Rhin dévoilait que les services extérieurs allemands avaient eu, eux-aussi, accès au fameux poison, dans les années 1990. Piégé par un canular, le directeur général de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), avait soutenu que « n'importe quel pays » avait pu produire l'agent innervant utilisé dans l'attaque de Salisbury.

Après le temps des doutes est venu celui des démentis. Gary Aitkenhead, le directeur général du laboratoire militaire britannique de Porton Down, avait fait savoir à la chaîne britannique Sky News que ses scientifiques étaient incapables d'établir un lien entre les échantillons de la substance utilisée pour attaquer Sergueï et Ioulia Skripal et la Russie. Pourtant, le ministre britannique des Affaires étrangère de l'époque, Boris Johnson, avait assuré que l'origine russe du poison ne faisait aucun doute, puisqu'elle lui avait été confirmée par Porton Down... Depuis, Sergueï Skripal et sa fille, remis sur pied, sont sortis de l'hôpital, ce qui a poussé Vladimir Poutine à s'interroger sur l'exagération de nombreux médias et diplomates quant à la nocivité sans équivalent du prétendu poison russe.

De quoi remettre les pendules à l'heure et faire repartir l'enquête sur des bases saines ? C'était sans compter sur le rebondissement du mois de juillet, lorsque Charlie Rowley, 45 ans, et sa compagne Dawn Sturgess, qui devait succomber quelques temps plus tard, ont été retrouvés inconscients le 30 juin dans une habitation de Muggleton Road, à Amesbury, tout près de Salisbury. La police antiterroriste britannique avait assuré avoir trouvé du Novitchok en bouteille près d'eux...

Il n'en fallait pas plus pour relancer la machine à accusations : Boris Johnson avait rapidement jugé que la Russie était également responsable de cette affaire. « La simple réalité est que la Russie a commis une attaque sur le sol britannique, celle-ci a causé la mort d'une citoyenne britannique », a-t-il affirmé. Toujours sans étayer son accusation.

C'est dans ce contexte pour le moins flou que l'annonce de Washington, quelque peu tardive, a eu lieu le 8 août. Sur fond d'accusations sans preuves et d'incohérences, la position américaine ne fait donc pas tache : elle s'inscrit au contraire dans la lignée du discours tenu depuis cinq mois par la diplomatie européenne.

**

Un vrai démocrate n’accuse pas sans preuve !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Quoi qu’il se passe, accuse les russes. Si tu ne sais pas pourquoi, eux le savent !
avatar
ano

Age : 50
Date de naissance : 05/08/1968
Lion Date d'inscription : 22/05/2015
Passion : poli(tique, tesse, ...)

Re: Moscou : nouveau bouc émissaire international ?

Message par ano le Sam 25 Aoû 2018 - 20:24


L’incident de Roswell en 1947, ce ne serait pas un coup des russes par hasard ?

**
avatar
gemini
Modérateurs
Modérateurs

Age : 71
Date de naissance : 07/06/1947
Localisation : Gers
Gémeaux Date d'inscription : 07/12/2011
Passion : La France, Le drapeau, Dieu et ensuite : bricolage, jeux video,informatique, politique, jardin. aviation, tir.
Humeur : En général assez bonne. Elle suit le cours de la vie.

Re: Moscou : nouveau bouc émissaire international ?

Message par gemini le Dim 26 Aoû 2018 - 10:26

@ano a écrit:
L’incident de Roswell en 1947, ce ne serait pas un coup des russes par hasard ?

**

Il parait même que c'est Poutine qui est à l'origine du pseudo réchauffement climatique. Eclat


***************************************************************************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
ano

Age : 50
Date de naissance : 05/08/1968
Lion Date d'inscription : 22/05/2015
Passion : poli(tique, tesse, ...)

Re: Moscou : nouveau bouc émissaire international ?

Message par ano le Lun 3 Sep 2018 - 10:25


Raté ! Pour prouver l'« ingérence » de Moscou,
le FBI a tenté en vain de recruter un oligarque russe

2 sept. 2018
(Source)


À la recherche de preuves sur la supposée ingérence russe dans l'élection présidentielle remportée par Donald Trump, le FBI a approché, entre autres, Oleg Deripaska, magnat de l'industrie russe, avec une alléchante proposition... Sans succès.

Approché entre 2014 et 2016 par le FBI et le ministère américain de la Justice, Oleg Deripaska aurait pu devenir un informateur au service de Washington, à la recherche d'informations sur la prétendue ingérence russe dans l'élection présidentielle américaine de 2016. Une « ingérence » contestée par Moscou et ne reposant toujours sur aucune preuve publique. Mais le destin en a voulu autrement.

Selon un article publié le 1er septembre sur le site du New York Times, la police fédérale des Etats-Unis aurait fait au milliardaire russe, des propositions visant à le convaincre de mener à bien une telle mission. L'oligarque, dirigeant de l'un des plus grands groupes industriels russes, Basic Element, et président de la société Rusal, la deuxième plus grande société de production d’aluminium du monde, se serait ainsi vu promettre l'effacement de toutes les traces de ses différends judiciaires avec l'administration américaine. En effet, le milliardaire fait partie des personnalités russes visées par les sanctions économiques de l'administration Trump. Mais, réfutant toute collusion, Oleg Deripaska a décliné l'offre, selon le New York Times. Enfonçant le clou, il aurait même informé Moscou de ses échanges avec les autorités américaines.

Il se trouve, en outre, que l'oligarque russe avait proposé sa contribution à l'enquête américaine sur l'ingérence russe présumée dans le processus électoral américain, affirmant détenir des preuves... montrant que la Russie n'avait pas aidé à faire élire Donald Trump !

Dans son travail de longue haleine visant à dénicher des preuves sur l'existence d'une collusion entre l'équipe de campagne de Donald Trump et le Kremlin, le FBI n'a pas connu qu'un seul échec. Le New York Times rapporte en effet que Washington a approché discrètement une demi-douzaine d'oligarques russes pour s'assurer de leur coopération : les preuves, que Washington espérait ainsi recueillir, se font toujours attendre...

**
avatar
CoqGaulois

Age : 62
Date de naissance : 10/09/1956
Localisation : Val d'Oise
Vierge Date d'inscription : 13/01/2012
Passion : sport, moto, science, nature, jardinage, bateau
Humeur : La vie est trop courte pour avoir le temps de faire la tête

Re: Moscou : nouveau bouc émissaire international ?

Message par CoqGaulois le Lun 3 Sep 2018 - 12:50

@ano a écrit:
L’incident de Roswell en 1947, ce ne serait pas un coup des russes par hasard ?

**

Il s'agit en fait du crash de Corona proche de Roswell avec sa base aérienne du 509ème régiment de bombardement, seul régiment équipé de la bombe atomique à l'époque, celui d'où est parti le Boeing B-29 Superfortress "Enola Gay" qui a bombardé Hiroshima avec la bombe A "Little boy"… un sujet passionnant.

Mais Poutine n'étant né qu'en 1952 il n'a pas pu être suspecté! Il s'en est bien sorti sur ce coup là! Very Happy


***************************************************************************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


" Je préfère échouer pour une cause qui finira par triompher que de triompher pour une cause qui finira par échouer ! "
"Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu." (Bertolt Brecht)
 


PIRE QUE
LA DEFAITE L'ABANDON!


________________________________________________________________________________________________________
avatar
gemini
Modérateurs
Modérateurs

Age : 71
Date de naissance : 07/06/1947
Localisation : Gers
Gémeaux Date d'inscription : 07/12/2011
Passion : La France, Le drapeau, Dieu et ensuite : bricolage, jeux video,informatique, politique, jardin. aviation, tir.
Humeur : En général assez bonne. Elle suit le cours de la vie.

Re: Moscou : nouveau bouc émissaire international ?

Message par gemini le Lun 3 Sep 2018 - 16:15

@ano a écrit:

Raté ! Pour prouver l'« ingérence » de Moscou,
le FBI a tenté en vain de recruter un oligarque russe


2 sept. 2018
(Source)


À la recherche de preuves sur la supposée ingérence russe dans l'élection présidentielle remportée par Donald Trump, le FBI a approché, entre autres, Oleg Deripaska, magnat de l'industrie russe, avec une alléchante proposition... Sans succès.

Approché entre 2014 et 2016 par le FBI et le ministère américain de la Justice, Oleg Deripaska aurait pu devenir un informateur au service de Washington, à la recherche d'informations sur la prétendue ingérence russe dans l'élection présidentielle américaine de 2016. Une « ingérence » contestée par Moscou et ne reposant toujours sur aucune preuve publique. Mais le destin en a voulu autrement.

Selon un article publié le 1er septembre sur le site du New York Times, la police fédérale des Etats-Unis aurait fait au milliardaire russe, des propositions visant à le convaincre de mener à bien une telle mission. L'oligarque, dirigeant de l'un des plus grands groupes industriels russes, Basic Element, et président de la société Rusal, la deuxième plus grande société de production d’aluminium du monde, se serait ainsi vu promettre l'effacement de toutes les traces de ses différends judiciaires avec l'administration américaine. En effet, le milliardaire fait partie des personnalités russes visées par les sanctions économiques de l'administration Trump. Mais, réfutant toute collusion, Oleg Deripaska a décliné l'offre, selon le New York Times. Enfonçant le clou, il aurait même informé Moscou de ses échanges avec les autorités américaines.

Il se trouve, en outre, que l'oligarque russe avait proposé sa contribution à l'enquête américaine sur l'ingérence russe présumée dans le processus électoral américain, affirmant détenir des preuves... montrant que la Russie n'avait pas aidé à faire élire Donald Trump !

Dans son travail de longue haleine visant à dénicher des preuves sur l'existence d'une collusion entre l'équipe de campagne de Donald Trump et le Kremlin, le FBI n'a pas connu qu'un seul échec. Le New York Times rapporte en effet que Washington a approché discrètement une demi-douzaine d'oligarques russes pour s'assurer de leur coopération : les preuves, que Washington espérait ainsi recueillir, se font toujours attendre...

**

Planté une fois de plus, dans quelque temps (comme les preuve d'armes chimique) on va entendre Oups on s'est trompé


***************************************************************************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
ano

Age : 50
Date de naissance : 05/08/1968
Lion Date d'inscription : 22/05/2015
Passion : poli(tique, tesse, ...)

Re: Moscou : nouveau bouc émissaire international ?

Message par ano le Sam 8 Sep 2018 - 8:31


Florence Parly dénonce une tentative d’espionnage d'un satellite militaire par la Russie …

Alors ou bien, la détection de cette « tentative » d’espionnage a été exécutée avec une maladresse sans nom, ou bien Mme Parly est d'une incompétence crasse …

Par ailleurs, comme si les Français n'espionnaient pas les russes.
(Bon, c'est vrai que, semble-t-il, eux savent être discret et fermer leurs gueules !!!)

La nullité de Parly va même, peut-être, jusqu'à communiquer cette information pour appuyer une simple idée « vague » (… ou stratégique, c'est bien pire et encore plus grave !!!)

**
avatar
gemini
Modérateurs
Modérateurs

Age : 71
Date de naissance : 07/06/1947
Localisation : Gers
Gémeaux Date d'inscription : 07/12/2011
Passion : La France, Le drapeau, Dieu et ensuite : bricolage, jeux video,informatique, politique, jardin. aviation, tir.
Humeur : En général assez bonne. Elle suit le cours de la vie.

Re: Moscou : nouveau bouc émissaire international ?

Message par gemini le Sam 8 Sep 2018 - 9:21

@ano a écrit:
Florence Parly dénonce une tentative d’espionnage d'un satellite militaire par la Russie …

Alors ou bien, la détection de cette « tentative » d’espionnage a été exécutée avec une maladresse sans nom, ou bien Mme Parly est d'une incompétence crasse …

Par ailleurs, comme si les Français n'espionnaient pas les russes.
(Bon, c'est vrai que, semble-t-il, eux savent être discret et fermer leurs gueules !!!)

La nullité de Parly va même, peut-être, jusqu'à communiquer cette information pour appuyer une simple idée « vague » (… ou stratégique, c'est bien pire et encore plus grave !!!)

**

Ils prennent de plus en plus les français pour des crétins


***************************************************************************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Contenu sponsorisé

Re: Moscou : nouveau bouc émissaire international ?

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Dim 18 Nov 2018 - 7:50