www.partisansmarine.com | Le Forum des Partisans de Marine Le Pen

Bonjour.

Les Partisans de Marine Le Pen sont heureux de vous accueillir parmi eux sur leur forum.

Fraternité, respect, cordialité, défense des idées de Marine Le Pen, de son programme et soutien inconditionnel sont nos maîtres-mots.


Soyez le(la) bienvenu(e) parmi nous et vive Marine !

Jupiter.



www.partisansmarine.com | Le Forum des Partisans de Marine Le Pen

Marine Le Pen est en train d'écrire l'Histoire. Et nous, Peuple de France, nous l'écrivons avec Elle.

Suivez le XVIème Congrès du Front National à Lille : flechegauche ICI flechedroite

« Cour européenne » : le bruit des bottes !

Partagez
avatar
ano

Age : 50
Date de naissance : 05/08/1968
Lion Date d'inscription : 22/05/2015
Passion : poli(tique, tesse, ...)

« Cour européenne » : le bruit des bottes !

Message par ano le Jeu 8 Mar 2018 - 8:15


Christelle Lechevalier dénonce la déliquescence de notre système carcéral et la mainmise de l'UE

7 mars 2018
(Source)



Depuis le Parlement européen, Christelle Lechevalier intervient sur la législation européenne qui régit notre système carcéral et qui est bien trop favorable aux détenus.

**
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


avatar
ano

Age : 50
Date de naissance : 05/08/1968
Lion Date d'inscription : 22/05/2015
Passion : poli(tique, tesse, ...)

Re: « Cour européenne » : le bruit des bottes !

Message par ano le Jeu 8 Mar 2018 - 8:26


Communiqué de presse de Bruno Gollnisch

Député européen
Relatif à la décision du Tribunal de l’Union Européenne (Luxembourg) dans l’affaire qui l’oppose à l’administration du Parlement Européen
7 mars 2018
(Source)


Ce 7 mars, le Tribunal de l’Union Européenne (Luxembourg) a rejeté mon recours contre l’inique décision du Secrétaire Général du Parlement Européen, M. Klaus WELLE, qui, sur ordre de l’ex-Président socialiste Martin SCHULZ, organise méthodiquement depuis 18 mois la spoliation des moyens qui sont nécessaires à l’accomplissement de mon mandat en même temps qu’il tente de me ruiner financièrement.

Tous les principes de droit dont se gargarise l’Union Européenne ont cependant été violés en la circonstance : j’ai été présumé « coupable » sans aucune preuve. Malgré nos demandes répétées, et des textes qui nous en donnaient clairement le droit, ni mon assistant ni moi-même n’avons à aucun moment été entendus. Tous les éléments prouvant le travail de mon assistant, travail effectif et en lien avec mon mandat, ont été balayés sans raison sérieuse. Il m’a été reproché de l’avoir laissé être candidat à une élection et d’avoir un engagement au sein du Front National, alors que ces activités sont parfaitement légitimes, licites, et communes aux assistants de nos adversaires…

Il est profondément regrettable que le Tribunal de l’Union, en ne faisant pas droit à nos réclamations, paraisse avaliser ces pratiques d’une administration politisée, qui ne font pas honneur à l’Union Européenne, et qui visent à nuire aux seuls élus de la minorité. Je rendrai publics prochainement tous les éléments du dossier, et j’envisage un pourvoi devant la Cour.

**

La 1ère des souverainetés, c'est la souveraineté législative !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Une justice politisée est forcément partiale, illégitime et sectaire !


avatar
CoqGaulois

Age : 62
Date de naissance : 10/09/1956
Localisation : Val d'Oise
Vierge Date d'inscription : 13/01/2012
Passion : sport, moto, science, nature, jardinage, bateau
Humeur : La vie est trop courte pour avoir le temps de faire la tête

Re: « Cour européenne » : le bruit des bottes !

Message par CoqGaulois le Jeu 8 Mar 2018 - 12:15

La cour européenne se présente de plus en plus comme le bras armé de la dictature et essaie de briser la résistance.
Comment par ailleurs peut on accorder de crédit sérieux à une cour européenne de justice (le j minuscule est volontaire) puisque les lois varient d'un pays à l'autre et que cette cour ne représente en rien la Justice des peuples? J'y vois moi une haute autorité autoproclamée pour museler la Justice... la vraie si on peut la représenter comme une vertu.
Dans tous les domaines l'UE se comporte en dictature et aux plus hauts niveaux de cette institution personne ne représente les peuples d'Europe, ce sont tous des élites autoproclamées qui pour la majorité ne sont pas élus et quand il y en a un d'élu c'est par les dirigeants européens qui ne représentent rien au niveau de l'Europe.
Comme l'a si bien dénoncé Bruno Gollnisch la présomption d'innocence n'est pas appliquée alors que cette cour se revendique comme une défense supérieure des droits de l'Homme, la encore des droits de quels hommes est-il question là???


***************************************************************************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


" Je préfère échouer pour une cause qui finira par triompher que de triompher pour une cause qui finira par échouer ! "
"Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu." (Bertolt Brecht)
 


PIRE QUE
LA DEFAITE L'ABANDON!


________________________________________________________________________________________________________
avatar
ano

Age : 50
Date de naissance : 05/08/1968
Lion Date d'inscription : 22/05/2015
Passion : poli(tique, tesse, ...)

Re: « Cour européenne » : le bruit des bottes !

Message par ano le Dim 25 Mar 2018 - 8:15


Fusion Bayer-Monsanto :
La Commission européenne valide la création d’un géant inquiétant


Communiqué de la délégation française FN au Parlement européen
23 mars 2018
(Source)


Le Monopoly qui se jouait entre les deux géants des industries phytosanitaire et pharmaceutique a rendu son verdict : la fusion est autorisée. Seuls perdants de la partie, le consommateur et l’agriculteur.

Bayer, mastodonte allemand des produits sanitaires, pharmaceutiques et agricoles, rachète donc l’Américain Monsanto, poids lourd des produits phytosanitaires parmi lesquels figure le célèbre Roundup. La Commission a tout de même émis des réserves, après une longue enquête. Pour donner l’illusion d’une concurrence équitable là où elle était en train de disparaître, elle recommande quelques mesures correctives : le troisième bénéficiaire de cette opération est ainsi BASF, autre firme allemande, qui récupère des licences et actifs de Monsanto et Bayer pour éviter des chevauchements de marchés.

Censée lutter contre la concentration, la Commission européenne ne fait ici que la renforcer, dans un secteur aussi crucial pour notre souveraineté alimentaire que pour notre sécurité sanitaire. Le nouveau géant industriel pourra ainsi peser de tout son poids pour mondialiser encore plus une agriculture déjà amputée de ses particularités.

Les effets seront innombrables, notamment pour le marché des semences et semences génétiquement modifiées : ces deux entreprises vont désormais écraser un marché dans lequel les « concurrents », dont le Français Limagrain, auront bien du mal à exister. Surtout, les agriculteurs auront de moins en moins le choix dans la sélection de leurs semences, ou encore des intrants qu’ils utilisent.

En attendant la décision des autorités américaines sur cette fusion, l’Union européenne vient d’envoyer un signal dramatique quant à sa vision de l’agriculture, de la concurrence et de la santé des consommateurs.

**

Le fédéralisme : l'idéologie mortifère !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

La liberté n'a pas de prix !

avatar
gemini
Modérateurs
Modérateurs

Age : 71
Date de naissance : 07/06/1947
Localisation : Gers
Gémeaux Date d'inscription : 07/12/2011
Passion : La France, Le drapeau, Dieu et ensuite : bricolage, jeux video,informatique, politique, jardin. aviation, tir.
Humeur : En général assez bonne. Elle suit le cours de la vie.

Re: « Cour européenne » : le bruit des bottes !

Message par gemini le Dim 25 Mar 2018 - 10:29

Cette commission ne vit,ne fonctionne, ne travaille que pour enrichir les actionnaires. en aucune manière elle n'est pas pour le bien général.


***************************************************************************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
ano

Age : 50
Date de naissance : 05/08/1968
Lion Date d'inscription : 22/05/2015
Passion : poli(tique, tesse, ...)

Re: « Cour européenne » : le bruit des bottes !

Message par ano le Jeu 20 Sep 2018 - 17:07


Enfants nés de GPA à l'étranger :
Adoption plénière accordée à l'époux du père biologique

figaro, le 20 septembre 2018
(Source)


Pour la première fois en France, la Cour d'appel de Paris a accordé à l'époux du père biologique d'enfants nés d'une gestation pour autrui (GPA) à l'étranger, la reconnaissance de sa filiation par adoption plénière.

Une « première » en France. L'époux du père biologique d'enfants nés d'une gestation pour autrui (GPA) à l'étranger a obtenu en justice la reconnaissance de sa filiation par adoption plénière. La cour d'appel de Paris a fait droit mardi à la demande d'adoption plénière, et non simple, de jumelles nées en 2011 d'une GPA au Canada, où celle-ci est légale, a annoncé l'avocate du couple d'hommes, Caroline Mecary.

Dans ses arrêts, dont l'AFP a obtenu copie, la Cour a confirmé en tout point les jugements rendus en novembre 2016 par le tribunal de grande instance de Paris, qui avait déjà prononcé cette adoption plénière. L'adoption « simple » ne gomme pas l'origine de l'enfant, à la différence de l'adoption dite « plénière » qui est irrévocable et rompt les liens de filiation entre la famille biologique de l'enfant et l'enfant.

En juillet 2017, dans une décision qui avait fait jurisprudence, la Cour de cassation avait ouvert la voie à la reconnaissance légale de deux parents en France pour les enfants nés d'une GPA à l'étranger, reconnaissance devant toutefois passer par une procédure d'adoption « simple » - et non « plénière » - par le conjoint du parent biologique.

Dans ses décisions rendues cette semaine, la cour d'appel de Paris a notamment considéré que la demande d'adoption, qui consacre les « liens filiaux » entre l'époux du père biologique et les fillettes, était « conforme à l'intérêt de l'enfant ». Elle a par ailleurs estimé qu'il n'y avait pas lieu de recueillir le consentement de la mère porteuse, celle-ci ayant renoncé à tout droit de filiation avec les enfants et ne figurant pas sur les actes de naissance canadiens des fillettes, sur lesquels seul le père biologique est mentionné.

« La mère porteuse ne figure pas sur l'acte de naissance, donc en droit elle n'existe pas », a souligné Me Mecary. Une affirmation vivement dénoncée par la présidente de la Manif pour tous, Ludovine de la Rochère. Elle explique que « même si la mère porteuse a renoncé à ses droits de filiation, elle est pour toujours la mère de l'enfant. Dire qu'il est né de deux hommes, ce qui est le cas de l'adoption plénière, est tout simplement une fiction et un mensonge car il est bien né d'une mère ». Elle regrette également que « la femme soit devenue un outil de production ».

Régulièrement saisie dans des procédures liées à la GPA, la Cour de cassation doit examiner vendredi deux demandes distinctes de transcription à l'état-civil français d'actes de naissance d'enfants nés de cette procréation à l'étranger.

**

La justice fédéraliste : cul par-dessus tête !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

La cour d'appel de Paris trouble l’ordre public !

avatar
gemini
Modérateurs
Modérateurs

Age : 71
Date de naissance : 07/06/1947
Localisation : Gers
Gémeaux Date d'inscription : 07/12/2011
Passion : La France, Le drapeau, Dieu et ensuite : bricolage, jeux video,informatique, politique, jardin. aviation, tir.
Humeur : En général assez bonne. Elle suit le cours de la vie.

Re: « Cour européenne » : le bruit des bottes !

Message par gemini le Jeu 20 Sep 2018 - 17:17

On se dirige vers la marchandisation du corps de la femme


***************************************************************************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
CoqGaulois

Age : 62
Date de naissance : 10/09/1956
Localisation : Val d'Oise
Vierge Date d'inscription : 13/01/2012
Passion : sport, moto, science, nature, jardinage, bateau
Humeur : La vie est trop courte pour avoir le temps de faire la tête

Re: « Cour européenne » : le bruit des bottes !

Message par CoqGaulois le Ven 21 Sep 2018 - 12:28

C'est une forme de prostitution qui est légalisée, ne comptez pas sur la dictature UE pour défendre quelque morale que ce soit. Peut être font-ils une différence entre louer son ventre et louer son bas-ventre?


***************************************************************************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


" Je préfère échouer pour une cause qui finira par triompher que de triompher pour une cause qui finira par échouer ! "
"Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu." (Bertolt Brecht)
 


PIRE QUE
LA DEFAITE L'ABANDON!


________________________________________________________________________________________________________
avatar
gemini
Modérateurs
Modérateurs

Age : 71
Date de naissance : 07/06/1947
Localisation : Gers
Gémeaux Date d'inscription : 07/12/2011
Passion : La France, Le drapeau, Dieu et ensuite : bricolage, jeux video,informatique, politique, jardin. aviation, tir.
Humeur : En général assez bonne. Elle suit le cours de la vie.

Re: « Cour européenne » : le bruit des bottes !

Message par gemini le Ven 21 Sep 2018 - 15:11

@CoqGaulois a écrit:C'est une forme de prostitution qui est légalisée, ne comptez pas sur la dictature UE pour défendre quelque morale que ce soit. Peut être font-ils une différence entre louer son ventre et louer son bas-ventre?

A la différence près, les prostitués exercent un métier (choisi ou non) et paient pour la plupart des impôts.
Ce n'est pas pareil de vendre son corps pour quelques billets et de vendre un enfant grâce a des intermédiaires.
Ce qu'ils veulent mettre en place ressemble à de la traite d'êtres humains. Je rectifie, c'est de la traite humaine.
Pour un enfant il est essentiel d'avoir un père et une mère. Partout, tout le temps la procréation c'est mâle et femelle.
Aider un couple (homme/femme) a procréer se comprend. En dehors de ce cas ce n'est pas acceptable.


***************************************************************************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
CoqGaulois

Age : 62
Date de naissance : 10/09/1956
Localisation : Val d'Oise
Vierge Date d'inscription : 13/01/2012
Passion : sport, moto, science, nature, jardinage, bateau
Humeur : La vie est trop courte pour avoir le temps de faire la tête

Re: « Cour européenne » : le bruit des bottes !

Message par CoqGaulois le Ven 21 Sep 2018 - 18:35

pancarte+1 C'est vrai qu'on peut parler de commercialisation d'êtres humains vendu aux plus offrant sans aucun critère de moralité et au plus grand mépris de l'avenir de cet enfant.


***************************************************************************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


" Je préfère échouer pour une cause qui finira par triompher que de triompher pour une cause qui finira par échouer ! "
"Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu." (Bertolt Brecht)
 


PIRE QUE
LA DEFAITE L'ABANDON!


________________________________________________________________________________________________________
avatar
gemini
Modérateurs
Modérateurs

Age : 71
Date de naissance : 07/06/1947
Localisation : Gers
Gémeaux Date d'inscription : 07/12/2011
Passion : La France, Le drapeau, Dieu et ensuite : bricolage, jeux video,informatique, politique, jardin. aviation, tir.
Humeur : En général assez bonne. Elle suit le cours de la vie.

Re: « Cour européenne » : le bruit des bottes !

Message par gemini le Sam 22 Sep 2018 - 10:24

@CoqGaulois a écrit:pancarte+1 C'est vrai qu'on peut parler de commercialisation d'êtres humains vendu aux plus offrant sans aucun critère de moralité et au plus grand mépris de l'avenir de cet enfant.
C'est une des raisons qui font que nous allons franchir les derniers obstacles et leur mettre la pâtée.


***************************************************************************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
ano

Age : 50
Date de naissance : 05/08/1968
Lion Date d'inscription : 22/05/2015
Passion : poli(tique, tesse, ...)

Re: « Cour européenne » : le bruit des bottes !

Message par ano le Dim 28 Oct 2018 - 6:39


La CEDH condamne une Autrichienne
pour avoir comparé le prophète Mahomet à un pédophile

rt, le 26 octobre 2018
(Source)


Une conférencière autrichienne a été condamnée par la Cour européenne des droits de l'homme, qui a jugé que ses propos comparant le mariage entre le prophète Mahomet et sa troisième épouse à de la pédophilie menaçaient la paix religieuse.

La Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) a jugé une conférencière autrichienne coupable d'avoir dénigré l'islam après que celle-ci a comparé le prophète Mahomet à un pédophile pour avoir épousé Aïcha, une fillette de six ans.

Simplement désignée par les initiales E.S., cette conférencière avait déjà été condamnée par un tribunal autrichien à 480 euros d'amende pour ces mêmes propos. Les sept juges de la CEDH ont donc confirmé ce jugement, estimant que sa comparaison allait « au-delà des limites permises d'un débat objectif », appuyant le tribunal autrichien qui l'avait considérée comme « une attaque abusive susceptible de susciter des préjugés et de menacer la paix religieuse ».

La conférencière avait, sans succès, fait appel devant la Cour suprême autrichienne avant de porter l'affaire devant la CEDH. Elle a fait valoir que ses propos, tenus lors de séminaires auprès de membres du Parti de la liberté (FPO) en 2008 et 2009, avaient pour objectif de relancer le débat public sur le mariage des enfants. « Un homme de 56 ans et une enfant de six ans ? [...] Comment appelons-nous cela, si ce n'est pas de la pédophilie ? », avait-elle déclaré en référence au mariage entre le prophète Mahomet et Aïcha, âgée de six ans au moment de l'union et de neuf lorsque celle-ci été consommée, selon certaines interprétations.

La CEDH a assuré avoir « évalué de manière exhaustive le contexte plus large » pour rendre son jugement, soulignant avoir pris le soin d'équilibrer « le droit à la liberté d'expression avec le droit des autres à voir leurs sentiments religieux protégés ». Les sept juges ont fait valoir que les expressions utilisées par la conférencière pour décrire le prophète Mahomet n'étaient « pas formulées de manière neutre » et ne pouvaient donc pas être considérées comme une contribution légitime au débat public sur le sujet sensible du mariage des enfants.

**
cedh : cour européenne des droits de l'homme

Bonne nouvelle : la cedh se suicide !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Comment la cedh appelle-t-elle un adulte qui épouse une fillette de six ans ?
Comment la cedh appelle-t-elle un adulte qui des relations sexuelles avec une fillette de neuf ans ?

« Le sujet sensible du mariage des enfants !!! »

avatar
gemini
Modérateurs
Modérateurs

Age : 71
Date de naissance : 07/06/1947
Localisation : Gers
Gémeaux Date d'inscription : 07/12/2011
Passion : La France, Le drapeau, Dieu et ensuite : bricolage, jeux video,informatique, politique, jardin. aviation, tir.
Humeur : En général assez bonne. Elle suit le cours de la vie.

Re: « Cour européenne » : le bruit des bottes !

Message par gemini le Dim 28 Oct 2018 - 9:20

Un jugement scandaleux, on se rend compte une fois de plus qu'ils sont vendu aux musulmans.
Tous ces censeurs sont sourds et aveugles quand il s'agit d'entendre ce que ces gens disent.
A aucun moment ils ne condamnent les injures racistes, les attaques, les attentats commis par cette catégorie d'individus. Ils ont tous les droits et les citoyens ordinaires aucun.


***************************************************************************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
CoqGaulois

Age : 62
Date de naissance : 10/09/1956
Localisation : Val d'Oise
Vierge Date d'inscription : 13/01/2012
Passion : sport, moto, science, nature, jardinage, bateau
Humeur : La vie est trop courte pour avoir le temps de faire la tête

Re: « Cour européenne » : le bruit des bottes !

Message par CoqGaulois le Mar 30 Oct 2018 - 12:52

De quelle paix religieuse nous parle la CDEH??? Ces juges vivent dans un cocon et ignore tout ce qu'il se passe en Europe et à travers le monde, leur paix est un fantasme entretenu par le système qui espère que les autres religions réellement pacifiques vont tout céder pour ne pas affronter l'Islam.
La CDEH nie la réalité et la vérité historique mentionnée sans la moindre ambiguïté dans le Coran texte fondateur de l'Islam. A ce niveau d'aveuglement volontaire il est bien difficile de rendre quelque justice que ce soit même si celle-ci doit être aveugle elle ne doit pas être aveuglée.


***************************************************************************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


" Je préfère échouer pour une cause qui finira par triompher que de triompher pour une cause qui finira par échouer ! "
"Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu." (Bertolt Brecht)
 


PIRE QUE
LA DEFAITE L'ABANDON!


________________________________________________________________________________________________________
avatar
gemini
Modérateurs
Modérateurs

Age : 71
Date de naissance : 07/06/1947
Localisation : Gers
Gémeaux Date d'inscription : 07/12/2011
Passion : La France, Le drapeau, Dieu et ensuite : bricolage, jeux video,informatique, politique, jardin. aviation, tir.
Humeur : En général assez bonne. Elle suit le cours de la vie.

Re: « Cour européenne » : le bruit des bottes !

Message par gemini le Mar 30 Oct 2018 - 15:09

Ils sont là uniquement pour protéger les musulmans.
Les autres ne les intéressent pas.


***************************************************************************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
ano

Age : 50
Date de naissance : 05/08/1968
Lion Date d'inscription : 22/05/2015
Passion : poli(tique, tesse, ...)

Re: « Cour européenne » : le bruit des bottes !

Message par ano le Ven 28 Déc 2018 - 9:12


Charia : ce que révèle la décision de la CEDH

figaro, le 27 décembre 2018
(Source)


Grégor Puppinck analyse pour FigaroVox un arrêt de la CEDH rendu le 19 décembre dernier. Celui-ci pourrait, selon le juriste, ouvrir la porte à une application de la charia en marge du droit commun.

Grégor Puppinck est docteur en droit et directeur du Centre européen pour le droit et la justice (ECLJ). Il est membre du panel d'experts de l'OSCE sur la liberté de conscience et de religion. Il a récemment publié Les droits de l'homme dénaturé (éd. du Cerf, novembre 2018).

La charia a-t-elle sa place en Europe ? Si oui, à quelles conditions ? Ce sont les questions que se posent actuellement les instances du Conseil de l'Europe.

Jusqu'au 18 décembre, la Cour européenne des droits de l'homme estimait que la charia est, dans son principe même, incompatible avec les valeurs de la démocratie et des droits de l'homme. Tel n'est plus le cas aujourd'hui : la Cour accepte maintenant son application en Europe à certaines conditions, malheureusement imprécises.

En 2003, la CEDH avait validé la dissolution d'un parti politique islamiste - pourtant vainqueur aux élections - au motif qu'il souhaitait instaurer la charia en Turquie. Les juges de Strasbourg avaient alors conclu, sans ambages, à « l'incompatibilité de la charia avec les principes fondamentaux de la démocratie » et avec les normes de la Convention européenne des droits de l'homme (arrêt Refah Partisi et autres c. Turquie du 13 février 2003).

Or, dans un arrêt Molla Sali contre Grèce du 19 décembre 2018, la Cour a omis de réitérer cette condamnation de principe de la charia, et en a accepté l'application en marge du droit commun grec.

Cela s'explique d'abord par le fait que l'application de la charia en Grèce n'est pas nouvelle. Héritage de l'Empire Ottoman, elle a continué à s'appliquer aux populations musulmanes passées sous juridiction grecque après la reconquête de la Thrace occidentale. Les Traités de Sèvres (1920) et de Lausanne (1923) réglant après la guerre le sort des « minorités » en Turquie et en Grèce prévoyaient que celles-ci puissent continuer à vivre selon leurs propres usages. Par suite, les juridictions grecques ont estimé que la charia devait s'appliquer obligatoirement à tous les membres de la communauté musulmane de Thrace, en matière de mariage, divorce et de succession.

La Cour européenne a condamné cette application forcée de la charia… mais pas la charia en elle-même.

C'est ce que conteste une femme devant la Cour européenne des droits de l'homme. Celle-ci, en effet, s'est vue privée de l'essentiel de l'héritage de son défunt époux du fait de l'application de la charia à sa succession, alors même que celui-ci avait choisi de lui léguer ses biens en application du droit commun. La justice grecque avait annulé ce testament, jugeant que le couple musulman avait l'obligation de régler la succession selon la charia, la faisant largement échoir aux sœurs du défunt. Il s'agissait donc, pour la Cour européenne, de juger si « la loi musulmane sacrée » peut être appliquée de force à des ressortissants grecs au motif, en particulier, de la « protection des minorités » et du respect des engagements internationaux de la Grèce.

Sans surprise, la Cour européenne a condamné cette application forcée de la charia… mais pas la charia en elle-même. La Grèce avait anticipé cette décision en rendant optionnel le recours à la charia et à la juridiction des mufti, par une loi du 15 janvier 2018.

De façon plus intéressante, et passée inaperçue dans la presse, la Cour européenne a profité de cette affaire pour poser ses conditions à l'application de la charia en Europe.

La Cour estime d'abord qu'un État n'est pas tenu, mais peut s'il le souhaite, « créer un cadre juridique déterminé pour accorder aux communautés religieuses un statut spécial impliquant des privilèges particuliers ». En d'autres termes, un État européen peut accorder à sa communauté musulmane la liberté d'être régie par des normes de la charia, sans que cela soit, en soi, contraire à la Convention européenne des droits de l'homme. Deux conditions sont posées quant à un tel statut spécial : le respect de la volonté des intéressés et celui, elliptique, des « intérêts publics importants ».

S'agissant du respect de la volonté, la Cour pose comme « pierre angulaire » à son approche, le « droit de libre identification », c'est-à-dire le droit « de choisir de ne pas être traité comme une personne appartenant à une minorité », tant par les membres de la minorité en question que par l'État. La Cour ajoute que le respect par l'État de « l'identité minoritaire d'un groupe spécifique » ne doit pas porter préjudice au « droit des membres de ce groupe de choisir de ne pas appartenir à ce groupe » ou « de ne pas suivre les pratiques et les règles de celui-ci ». En un mot, l'État doit respecter les minorités tout en évitant de contribuer à y enfermer leurs membres. Ainsi, lorsque l'État accepte l'application de la charia sur son territoire, celle-ci doit être optionnelle.

La Cour a choisi une approche à la fois libérale et communautariste.

S'agissant du point essentiel du contenu de la charia, la Cour ne porte pas de jugement. Ici encore, elle aborde la question sous l'angle du consentement individuel, estimant que tout individu peut valablement renoncer à certains droits pour des motifs religieux (c'est-à-dire se soumettre à la charia), sauf si « un intérêt public important » s'y oppose.

La Cour a donc choisi une approche à la fois libérale et communautariste, susceptible d'accommoder la coexistence de communautés diverses, dotées de privilèges juridiques au sein d'un même État. Cela fait écho à l'obligation, formulée il y a peu dans l'affaire autrichienne de blasphème, « d'assurer la coexistence pacifique de toutes les religions et de ceux n'appartenant à aucune religion, en garantissant la tolérance mutuelle ». Cette approche pose de sérieuses difficultés dans sa mise en œuvre.

Tout d'abord, elle repose sur le postulat du consentement. La Cour suppose que « le choix en question est parfaitement libre, pourvu qu'il soit éclairé ». Or, comme l'a parfaitement démontré Muriel Fabre-Magnan, dans son récent essai L'institution de la liberté, le consentement ne suffit pas à garantir la liberté. Ainsi par exemple, ce n'est pas parce qu'une jeune femme musulmane consent à épouser un homme choisi par ses parents que son choix est libre. Plus encore, quand on sait à quel point l'islam peut constituer une société fermée, il y a lieu de s'interroger sur la véritable liberté d'en sortir, d'autant plus que la charia punit de mort l'apostasie. Il y a une grande hypocrisie à estimer que le consentement suffise à garantir la liberté, peut-être aussi une certaine lâcheté.

Cet arrêt place ensuite les autorités publiques dans la situation défensive de devoir se justifier de refuser aux musulmans revendicatifs la « jouissance » de telle ou telle norme de la charia, dès lors qu'elles en acceptent d'autres. De fait, c'est non seulement la Grèce et le Royaume-Uni qui acceptent déjà la charia en certaines matières, mais aussi tous les pays qui reconnaissent une valeur aux normes alimentaires « halal ». Dès lors, on ne voit pas pourquoi refuser l'application d'autres normes, en matière de finance par exemple. La charia est un système juridique qui couvre tous les aspects de la vie.

Plus encore, en acceptant le principe même de l'applicabilité de la charia en Europe, fut-ce de façon limitée, cet arrêt permet aux partis politiques qui en veulent l'application, de prétendre agir « dans le respect des droits de l'homme ».

Enfin, s'agissant du contenu de « l'intérêt public important » susceptible d'être opposé à la charia par les États, il reste à définir au cas par cas. Force est de constater qu'il n'a pas de contenu matériel précis ; il fait probablement référence à des valeurs, telles que l'égalité et la liberté individuelle. Mais l'interprétation des « valeurs » est dangereusement mouvante, au gré notamment des évolutions démographiques, culturelles et électorales, d'autant plus que les juges estiment devoir faire évoluer leur interprétation des droits et libertés, en fonction des changements sociaux. Plus encore, c'est au regard de la même valeur de « liberté religieuse » que la Cour européenne permet l'interdiction du port public de la burqa tandis que le Comité des droits de l'homme des Nations unies s'y oppose. En droit comme à la bourse, le propre des valeurs est de fluctuer. Face à elles, en revanche, la charia semble jouir d'une grande stabilité.

La charia est un système juridique qui couvre tous les aspects de la vie.

La Cour européenne ne donne pas d'exemple de tel « intérêt public ». D'ailleurs, étonnamment, elle ne critique pas - elle-même - la charia, en ce qu'elle serait contraire aux droits des femmes par exemple, mais se contente de rappeler que plusieurs organes internationaux « se sont dits préoccupés » par son application et par la discrimination ainsi créée notamment au détriment des femmes et des enfants, et l'ont estimée, sous certains aspects, « incompatible avec les engagements internationaux contractés par la Grèce ».

Pourquoi tant de prudence ? Est-ce pour ne pas froisser davantage la Turquie, dont le Président est un héritier du Parti Refah autrefois interdit, et qui a décidé de réduire significativement sa contribution financière au Conseil de l'Europe ? Est-ce pour ne pas froisser la Turquie, l'Azerbaïdjan et l'Albanie qui, bien que membres du Conseil de l'Europe, ont aussi signé la Déclaration du Caire des droits de l'homme en islam (1990), laquelle déclare notamment que l'islam est la religion de naissance de chacun, et que les droits de l'homme sont soumis à la charia ?

C'est aussi cette question de l'application de la charia en Europe, y compris dans des dispositions contraires à la Convention européenne, qui inquiète actuellement des membres de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe, et qui fera l'objet de discussions et d'un vote en janvier prochain à Strasbourg. Alors que cette Assemblée a longtemps adopté un discours bienveillant envers l'islam, déclarant encore en 2010 que « l'islam est une religion qui prône la paix » et qu'il ne faudrait pas interdire le port du voile intégral ni la construction de minarets, elle semble être à présent plus critique.

Le projet de résolution de janvier 2019, entre autres choses, se dit préoccupé par les activités « judiciaires » des « conseils de la charia » au Royaume-Uni et des muftis en Grèce, et invite la Turquie, l'Azerbaïdjan et l'Albanie à « envisager leur retrait de la Déclaration du Caire », mais aussi, à agir afin d'établir « clairement la primauté » juridique de la Convention européenne sur cette déclaration islamique.

En droit comme à la bourse, le propre des valeurs est de fluctuer.

L'Europe en est ainsi réduite à devoir défendre la Convention européenne des droits de l'homme face à la concurrence des droits de l'homme islamiques, qui se prétendent, eux-aussi, universels. Et cette défense n'a rien d'évident, car en faisant du consentement - c'est-à-dire de la volonté individuelle - le critère central des droits de l'homme, on ne voit pas ce qui permet aux instances européennes de prétendre que leur système est meilleur que celui du voisin. Car celui-ci peut, lui-aussi, prétendre reposer sur le consentement des personnes ; la Déclaration du Caire a d'ailleurs été ratifiée par un plus grand nombre d'États que la Convention européenne.

En fait, l'opposition entre l'individualisme libéral et la charia n'offre aucune issue satisfaisante, car l'un et l'autre système ont en commun de refuser le fondement même des droits de l'homme, à savoir l'existence d'un droit naturel qui peut être connu par la raison en observant la nature humaine, et qui existe indépendamment de la volonté arbitraire de « Allah » ou des individus. Ce qui risque d'arriver, et apparaît déjà dans cette affaire, c'est l'introduction de la charia, par la volonté individuelle, dans les droits de l'homme : c'est « le droit à la charia ».

Seul un retour à une compréhension objective des droits de l'homme, fondée dans le droit naturel, leur permettrait d'échapper à l'individualisme libéral puis à la charia. Les droits de l'homme retrouveraient alors leur universalité. Mais nous ne semblons pas en prendre la voie ; nous préférons celle du communautarisme libéral, alors même que nous refusons de dire ce que nous sommes, en tant qu'Européens. La Cour ne dit mot sur ce que sont ces « intérêts publics importants » pour la société ; ils demeurent pourtant l'ultime refuge de la justice et de notre civilisation européenne.

Ce silence est celui du renoncement à l'identité européenne au profit de l'universalisme ; il ne date pas d'hier. Déjà, durant la rédaction du traité qui a donné naissance au Conseil de l'Europe, en mai 1949, les États fondateurs renoncèrent à mentionner la « civilisation chrétienne » comme fondement du projet européen, et lui préférèrent les notions, aussi vides qu'universelles, de « valeurs spirituelles et morales ». Trois années plus tard, les États renoncèrent aussi, sous la pression turque, à la présence d'une croix sur le drapeau européen, alors même que ce choix avait été plébiscité.

Pour définir l'Europe, les instances qui nous gouvernent ont fait le pari des valeurs abstraites et de l'universalisme, celui d'un vivre ensemble aux contours flous ; il n'est pas sûr que cela suffise face à l'islam.

**
cedh : cour européenne des droits de l'homme

La 1ère des souverainetés, c'est la souveraineté législative !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Ruptures d'égalité, lois d'exception : la CEDH, l'instrument du chaos !

avatar
gemini
Modérateurs
Modérateurs

Age : 71
Date de naissance : 07/06/1947
Localisation : Gers
Gémeaux Date d'inscription : 07/12/2011
Passion : La France, Le drapeau, Dieu et ensuite : bricolage, jeux video,informatique, politique, jardin. aviation, tir.
Humeur : En général assez bonne. Elle suit le cours de la vie.

Re: « Cour européenne » : le bruit des bottes !

Message par gemini le Ven 28 Déc 2018 - 9:27

Un raison supplémentaire pour sortir de cette U E dictatoriale.
Cela devient urgent notre identité risque de disparaitre.
L'islam n'est pas compatible avec la démocratie.


***************************************************************************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
CoqGaulois

Age : 62
Date de naissance : 10/09/1956
Localisation : Val d'Oise
Vierge Date d'inscription : 13/01/2012
Passion : sport, moto, science, nature, jardinage, bateau
Humeur : La vie est trop courte pour avoir le temps de faire la tête

Re: « Cour européenne » : le bruit des bottes !

Message par CoqGaulois le Lun 31 Déc 2018 - 0:15

@gemini a écrit:Un raison supplémentaire pour sortir de cette U E dictatoriale.
Cela devient urgent notre identité risque de disparaitre.
L'islam n'est pas compatible avec la démocratie.

pancarte+1


***************************************************************************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


" Je préfère échouer pour une cause qui finira par triompher que de triompher pour une cause qui finira par échouer ! "
"Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu." (Bertolt Brecht)
 


PIRE QUE
LA DEFAITE L'ABANDON!


________________________________________________________________________________________________________
avatar
ano

Age : 50
Date de naissance : 05/08/1968
Lion Date d'inscription : 22/05/2015
Passion : poli(tique, tesse, ...)

Re: « Cour européenne » : le bruit des bottes !

Message par ano le Lun 31 Déc 2018 - 17:25


Bientôt la Charia dans notre droit ?
Ne nous parlez plus jamais des valeurs de l’Union européenne !


Communiqué de presse de Marine Le Pen
Présidente du Rassemblement National
28 décembre 2018
(Source)


Au cœur des fêtes de Noël, résonnant comme une provocation et ouvrant un peu plus la voie à une communautarisation progressive et rampante du droit européen, l’arrêt scandaleux et terriblement inquiétant de la Cour européenne des droits de l’homme doit interroger chaque Français.

Dans un litige opposant la Grèce à un particulier musulman, la CEDH a accepté le principe d’une application et la reconnaissance juridique de la loi musulmane en marge du droit commun, estimant qu’un état « peut créer un cadre juridique déterminé pour accorder aux communautés religieuses un statut spécial impliquant des privilèges particuliers ».

C’est là un revirement spectaculaire de la part de l’institution européenne, qui en 2003, déclarait encore la « charia incompatible avec les principes fondamentaux de la démocratie ».
C’est évidemment la porte ouverte à l’accélération du communautarisme islamique poussé par les flux migratoires et à très court terme, la soumission de force du droit national aux lois religieuses et ce en parfaite contradiction avec la Constitution et le principe intangible de laïcité.

C’est surtout pour les fédéralistes obnubilés par l’élargissement de l’Union européenne, l’effacement de son histoire, la négation de son identité, de ses valeurs, un signal envoyé aux pays musulmans qui frappent avec insistance à sa porte, au rang desquels la Turquie, l’Albanie et demain l’Azerbaïdjan, pays déjà membres du Conseil de l’Europe, et ce que l’on sait moins, signataires de la déclaration du Caire des droits de l’homme en islam qui déclare que les droits de l’homme sont soumis à la Charia.

Ce nouveau coup de boutoir vient s’ajouter à la déjà trop longue liste des reculs et des renoncements face à l’avancée du communautarisme. Il s’inscrit dans la décision archaïque et non moins scandaleuse du Comité des droits de l’homme des Nations Unies d’autoriser le port de la burqa dans l’espace public et de condamner la législation française dans ce domaine. Il rappelle également la récente décision en Autriche tout aussi obscurantiste de la CEDH de reconnaître le délit de blasphème afin de préserver la paix religieuse en Europe, interdisant de fait toute critique de l’Islam.

L’ensemble de ces décisions illustre clairement la nocivité des institutions politiques et juridiques européennes, gagnées au communautarisme le plus destructeur, mais également la dangerosité extrême du principe de subordination du droit national et donc de la souveraineté des Etats aux lois et au droit européen.

Si les Français ne veulent pas se réveiller un matin en découvrant que le droit de croire ou de ne pas croire, le droit de pouvoir changer de religion sans être inquiété, la liberté d’être ce que l’on est et de vivre comme on l’entend, sont désormais également soumis à la loi islamique, ils seraient bien avisés le 26 mai prochain de mettre un terme aux folles dérives d’une Union européenne qui n’a plus d’européenne que le nom et qui est aujourd’hui porteuse de projets éminemment dangereux, anti-démocratiques et conflictuels.

**

N'attendez pas qu'il soit trop tard, Rejoignez-nous !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le ridicule du communautarisme est intrinsèque parce qu'il revient à fuir des conditions que l'on importe ensuite !

avatar
CoqGaulois

Age : 62
Date de naissance : 10/09/1956
Localisation : Val d'Oise
Vierge Date d'inscription : 13/01/2012
Passion : sport, moto, science, nature, jardinage, bateau
Humeur : La vie est trop courte pour avoir le temps de faire la tête

Re: « Cour européenne » : le bruit des bottes !

Message par CoqGaulois le Lun 31 Déc 2018 - 17:47

L'UE s'est accaparée le droit et l'a détourné comme elle l'a fait avec l'écologie ou avec l'immigration, ne cherchez aucune justice dans cette "basse" cour!
Cette cour est la pire ennemi de l'Homme et de ses droits.


***************************************************************************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


" Je préfère échouer pour une cause qui finira par triompher que de triompher pour une cause qui finira par échouer ! "
"Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu." (Bertolt Brecht)
 


PIRE QUE
LA DEFAITE L'ABANDON!


________________________________________________________________________________________________________
avatar
gemini
Modérateurs
Modérateurs

Age : 71
Date de naissance : 07/06/1947
Localisation : Gers
Gémeaux Date d'inscription : 07/12/2011
Passion : La France, Le drapeau, Dieu et ensuite : bricolage, jeux video,informatique, politique, jardin. aviation, tir.
Humeur : En général assez bonne. Elle suit le cours de la vie.

Re: « Cour européenne » : le bruit des bottes !

Message par gemini le Mar 1 Jan 2019 - 9:28

Il faut en sortir!
Vivement Marine


***************************************************************************************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Contenu sponsorisé

Re: « Cour européenne » : le bruit des bottes !

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Dim 20 Jan 2019 - 21:21